Ta’amim (Cantillation)

Constantine Minhagim est un ensemble de ressources bénévole, néanmoins il a besoin de vous pour survivre. Nous comptons sur vos dons.
קונסטנטין מנהגים פרויקט מתנדבים, אבל צריך את העזרה שלכם. אנחנו סומכים על התרומות שלכם.

Par Binyamine Meir Khalifa

Cette page est aussi intrinsèquement liée à la page sur les Téhilim, nous vous recommandons de les lire en parallèle.

Qu’est-ce que les Ta’amim ?

Les ta’amim sont la cantillation (littéralement “goûts” depuis l’hébreu). Lorsque l’on lit un texte du Tanakh, on a les lettres (otiyot – aleph, beth…), les nékoudot (voyelles – pata’h, kamats…) et enfin les ta’amim qui permettent d’ajouter du sens. Un exemple : à chaque fois que D.ieu parle à un prophète dans la Torah, il l’appelle par deux fois (Avraham, Avraham ou encore Chmouel, Chmouel) avec une barre verticale de séparation au milieu, appelée passek. Lorsque D.ieu appelle Moïse, il n’y a pas ce passek. De là nous savons que Moïse pouvait parler avec D.ieu sans interruption, sans être en transe ou sans avoir à passer par un rêve, comme à un ami.

En plus du sens, ces ta’amim sont chantés. Ils sont comme une partition. Il faut donc bien différencier les ta’amim (les signes graphiques mêmes) de la mélodie. Il y a un ta’am unique utilisant les mêmes symboles, mais il y a une multitude de mélodies dépendamment du contenu ou du moment où l’on chante.

Liste des Ta’amim

Voici la liste complète des ta’amim chantés sur l’air de la Torah (paracha). Exemple : la vague sur le premier mot est appelée zarka. Les trois points sur le 5e mot sont appelés ségolta.

Taamim

Et maintenant sur l’air de la Haftara classique :

Le Ta’am Elione

Bases du ta’am Elione

Il y a dans la Torah une partie très spécifique, celle des 10 Commandements. Pour de multiples raisons, les ta’amim sont disposés de deux manières : la première manière appelée ta’am takhton, que j’appellerai grossièrement “de base” et d’une deuxième façon que l’on chante plus généralement pour les dix commandements appelée ta’am Elione (vérifier dans votre livre, la version est la plupart du temps précisée). Takhton veut dire “inférieur” et Elione “supérieur”. La raison est tout simplement que le ta’am Elione contient beaucoup plus de ta’amim au dessus des mots. Pourquoi ce changement ? L’une des raisons est que le ta’am takhton a besoin de phrases de minimum de 3 mots. Hors, dans les dix commandements, il y a des commandements qui n’ont que 2 mots (exemple : lo tignov – ne vole pas). Donc le positionnement des ta’amim a été repensée pour permettre à chaque commandement d’être chacun dans un passouk différent et non pas dans un même passouk, pour les mettre en valeur.

Nous venons de parler grammaire. Maintenant, le ta’am Elione est chanté sur un air différent, appelé “air du ta’am Elione”, ou « Maneguina Eliona », mais ici on ne parle que de mélodie, pas de partition. En plus des 10 commandements, nous chantons l’air du ta’am Elione sur d’autres passages de la Torah comme la Shirat hayam, pour donner une ambiance particulière à certains passages de la Torah.

Voici les dix commandements chantés sur le ta’am Elione (grammaire ET mélodie). Cet enregistrement contient tout le Shishi (sixième montée) de la parachat Yitro.

Liste des passages lus sur l’air du ta’am Elione

Le découpage est pris dans le Tanakh basée sur le chapitrage “classique”.

  1. Les dix commandements : parachat Yitro, revii, hamishi et shishi – du perek יט (bahodesh hashelishi letset benei-Yisrael) au perek כ passouk יח (vekhol asher lere’ekha).
  2. La Chira : parachat Bechala’h, shlishi à presque la fin du hamishi – perek יד verset טו (vayomer Hashem el moshe ma titsak elay) à la fin de la shira perek טו verset יט (halekhou bayabacha betokh hayam). Certaines personnes incluent le dernier paragraphe aussi et d’autres commencent un peu plus tard que le shlishi.
  3. Les bénédictions de Yaakov aux tribus : paracha Vayehi, revii, hamishi et premier passouk du shishi. Du début du perek מט (Vayikra Yaakov el banav) au verset כז (Binyamine (…) velaerev ye’halek chalal).
  4. L’épisode du buisson ardent : parachat Chemot, perek ג (revii) (du premier verset “ouMoshe haya roeh” au verset טו “zikhri ledor dor”).
  5. Moshe monte sur le mont Sinai : parachat Michpatim, perek כד verset יב (Vayomer Hashem el Moshe ale elay) à la fin de la paracha verset יח (vearbayim layla).
  6. Après la faute du veau d’or, Moshe reste 40 jours sans manger ni boire et en écrivant les deuxièmes tables, et a le visage rayonnant de lumière depuis que D.ieu lui ai parlé : Maftir ki tissa. De “Vayekhal Moshe” à “ledaber ito”.
  7. La Gloire de D.ieu remplit le Tabernacle : Maftir Pekoudei (perek מ versets לד à לח, de Vayekhas heanan à bekhol mas’ekhem).
  8. Un beau minhag de la synagogue des Tournelles à Paris fait lire le Shema Israel dans la prière durant l’office (Shaharit et Arvit) des 3 fêtes sur la mélodie du ta’am Elione aussi, pour le folklore.

Les Ta’amei Emeth

Je vous invite a consulter la page sur les Tehilim pour plus d’information a ce sujet.